• Le député en visite dans les hautes terres de Provence
  • Mise à jour 30/05/2013 11:54:47

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Le député en visite dans les hautes terres de Provence

Le député en visite dans les hautes terres de Provence

A chaque territoire son identité. Après avoir passé la journée sur le canton de Reillanne, le mardi 30 mars, le jeudi 2 mais, le député des Alpes-de-Haute-Provence, Christphe Castaner a pris son bâton d'élu pour battre le pays de La-Motte-du-Caire, Turriers et Seyne.

Rencontre entre maires et député sur la démocratie locale

Quoi de mieux pour commencer la journée qu'en se plongeant dans la proximité de la démocratie locale. Rendez-vous était donc pris avec les maires du canton de La-Motte-du-Caire, dans la salle du conseil de la commune éponyme. Accueillis par Marcel Clément, maire et conseiller général, les premiers magistrats des villages voisins ont répondu présent.
Au programme des discussions ? Retours d'expérience du parlementaire, échanges sur les projets de loi en discussion ou en préparation et quelques interrogations sur l'acte 3 de la décentralisation. A ce sujet, nulle inquiétude à dissiper, mais de simples éclaircissements.
Le fléchage des têtes de liste pour la représentation intercommunale, l'obligation que l'opposition y soit représentée, la limitation du nombre d'élus au sein des conseils communautaires, l'abaissement du seuil de 9 à 7 du nombre de conseillers pour les communes de moins de 100 habitants ou encore l'obligation d'avoir un conseil municipal paritaire dès 1000 habitants.
Cette rencontre a permis à Christophe Castaner de sentir le pouls de ces élus représentatifs de la ruralité du nord des Alpes-de-Haute-Provence. Un élément essentiel dans le recherche de prise avec la réalité.

Plaisir des yeux et des papilles au Forest Lacour

Fiché sur l'un des versants des montagnes qui entourent Bayons, le hameau du Forest Lacour abrite quelques trésors. C'est le cas de l'exploitation de safran de Rose-Marie Garcin que le député des Alpes-de-Haute-Provence, Christophe Castaner, accompagné du président de la communauté de communes, Jean-Jacques Lachamp, a rencontré le jeudi 2 mai, à l'occasion de sa journée au pays de La-Motte-du-Caire.
Rose-Marie appartient à ces safraniers qui se sont lancés dans l'aventure en 2006, elle est une pionnière, et la safranière la plus au Nord du département. Aujourd'hui, elle cultive entre 2 000 et 3 000 m² de plantations. Elle fait partie de l'association « Safran Provence » qui regroupe 40 producteurs à travers toute la région.
Des sangliers aux campagnols, les fléaux de l'or rouge de Rose-Marie ne manquent pas. Rien d'insurmontable pour elle dans un marché qui, lui, ne fait de cadeaux. Le député acquiesce, « la nécessité de se diversifier est le propre de ce genre de culture ». Cette démarche, Rose-Marie l'a fait sienne : confitures, gelées, compotes... La transformation, c'est la plus-value de ce type de produit.
Reste aujourd'hui une difficulté pour le safran de Provence : « Nous avons besoin d'une marque, explique Catherine Weirich, trésorière de l'association Safran Provence, ce serait un atout de compétitivité ». Une remarque qui n'est pas tombée à côté de l'oreille du député. Réformer le dispositif des indications géographiques protégées ? Pourquoi pas !

 

Panorama de l'économie locale : les stations de montagne

Selonnet, Seyne-les-Alpes, Saint-Jean-de-Montclar : voilà trois communes qui ont fait et continuent de faire leur réputation sur les sports d'hiver. Trois villages, trois stations de montagne qui attirent d'année en année toujours plus de monde. C'est au restaurant Les Alisiers, à Montclar, ce jeudi 2 mai, que le député des Alpes-de-Haute-Provence, Christophe Castaner a déjeuné avec les maires de ces trois communes, respectivement, Michel Grambert, André Savornin et Henri Savornin, et le conseiller général du canton Michel Rey.
Ce repas sur les hauteurs du pays de Seyne était l'occasion pour le parlementaire et les édiles d'échanger sur la saison d'hiver qui s'achève sur de bons résultats : un nombre de nuitées en augmentation et des investissements importants. Le changement climatique n'aura pas eu raison de l'économie montagnarde du département. Convivialité et plaisir de la bouche ont accompagné ces discussions instructives sur la réalité du territoire.

Le bois énergie, industrie d'avenir à Seyne

C'est l'une des ressources les plus importantes des massifs des Alpes-de-Haute-Provence. Le bois, énergie renouvelable et qui fait un retour en force dans les dispositifs de chaufferies modernes. Dans le pays de Seyne-les-Alpes, c'est le forestier Patrick Bayle qui fait la loi en la matière. Ce jeudi 2 mai, le député Christophe Castaner lui a rendu visite, en compagnie d'André Savornin, maire de Seyne, de Michel Grambert, maire du Selonnet, et de Michel Rey, le conseiller général du canton.
Exploitant depuis 12 ans, Patrick Bayle s'est spécialisé dans le bois énergie avec la production de plaquettes forestières. Quatre plateformes de stockage entre 04, 05 et 06 et une production annuelle de 10 400 tonnes métriques par habitant, et livrée dans toute la région, s'il vous plaît !
Le parlementaire a pu visité les installations du chef d'entreprise et échanger sur les difficultés naissantes de la filière. En ligne de mire : la question logistique. La demande croît et les moyens de stockages restent insuffisants, sans compter sur la concurrence qui propose le paquet dispositifs de chaufferie/matière première et tue le marché. « Il est nécessaire de préserver les circuits courts entre les collectivités et les producteurs locaux, au risque de voir les grands groupes prendre le pas avec l'unique logique financière », lance le député.
Le marché du bois énergie a explosé en quelques années. Aujourd'hui, des producteurs comme Patrick Bayle revendent leurs grumes aux cargos chinois qui remplissent leurs cales. Un exemple qui souligne l'attention à apporter à cette filière localement importante.

Le haras de Seyne, une carte de visite du territoire

Un an qu'ils vouent leurs journées aux équidés. En ce 2 mai, le syndicat hippique et mulassier de Seyne recevait la visite du député des Alpes-de-Haute-Provence, Christophe Castaner, venu rencontrer les aventuriers de cette association. Accompagné du maire de Seyne André Savornin et du conseiller général Michel Rey, il a pu échanger avec la gérante, Virginie Isoard, et le président, Fabrice Castelli.
Abandonné par les haras nationaux en 2008, ce lieu a été réhabilité avec l'aide de la commune l'année dernière. Le haras a été vivement redynamisé, notamment sur la vente de mulets et de chevaux, grâce à l'activité d'insémination. En 2012, l'association prévoyait de faire 40 juments, elle en a inséminé 50. Cette année, elle se fixe l'objectif de 50, en espérant atteindre 60.
Seule petite ombre au tableau : la mutation du marché aux chevaux et mulets. Désormais, les agriculteurs cherchent des bêtes débourrées. Or, le dressage nécessite des investissements supplémentaires. Sans compter le statut « injuste » des mulets, croisement entre âne et cheval, et pourtant considérés administrativement comme des ânes.
Le haras de Seyne est également initiateur du concours mulassier et de la foire hippique et mulassière d'octobre. Pas de doute pour Christophe Castaner, le syndicat hippique « fait office d'une jolie carte de visite du territoire de Seyne ».

 


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site