Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Grand emprunt, grande fumée...

Grand emprunt, grande fumée...

Avec le grand emprunt lancé à grands renforts de communication, il pleut des milliards d'euros dont quelques 21,9 milliards d'euros iront à l'enseignement supérieur et à la recherche.

Mais ce n'est que communication.

Il n’y a que 7,7 milliards d’euros qui iront à la recherche et l’innovation. S’il l’on regarde encore de plus près, les universités ne les verront même pas car cette somme sera placée à la Caisse des Dépôts et Consignation. Seuls, les intérêts iront à la recherche, soit 300 millions d’euros par an. On passe donc de 7,7 milliards d’euros à 300 millions d’euros pour les 84 universités françaises.

La montagne a accouché d’une souris !

Mme Pécresse ne va pas distribuer ces 300 millions d’euros à tout le monde mais à seulement 5 ou 6 universités françaises, les autres iront voir ailleurs. N’y a-t-il pas mieux pour créer un climat de défiance entre universités, entre chercheurs ? C’est l’effervescence actuellement dans les labos et les universités pour monter les dossiers afin de faire remonter 20 % de projets d’ “excellence” (l’excellence est le nouveau mot à la mode à l’université). Cela veut dire que les 80 autres % iront aussi voir ailleurs car ils ne sont pas excellents donc mauvais. Encore une fois, comment mettre en concurrence les équipes !

Nous conseillons d’ailleurs de lire l’article de Sauvons La Recherche sur les primes d’ “excellence” pour mieux comprendre la méthode de mise en concurrence à l’université : “La prime d’excellence scientifique pour les chercheurs : 20 % de bons, 80 % de cons”.

Depuis 2002, l’effort national pour l’enseignement supérieur et la recherche n’a fait que baisser car la recherche doit être rentable à court terme, donc privée.
Ce gouvernement fait apparaître dans ses discours comme prioritaires la recherche et l’innovation. Bel enfumage.

Ce sont 900 postes supprimés en 2009 à l’université. Après la mobilisation des universitaires au printemps 2009 , il n’y a pas eu de suppressions de postes pour 2010 mais il a été décidé ces jours-ci de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite au CNRS. Ce sont bien encore des suppressions de postes pour 2010 !

Alors que l’investissement dans l’école publique, l’université et la recherche devrait être massif, c’est tout le contraire que fait ce gouvernement à courte vue. Avec une hypothèque sérieuse sur l’avenir du pays…


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site