• Empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n'est pas de l'assistanat mais de l'investissement.
  • Mise à jour 26/05/2016 09:40:21

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n'est pas de l'assistanat mais de l'investissement.

Empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n'est pas de l'assistanat mais de l'investissement.

Oui la mise en oeuvre d'une simplification des minima sociaux, est une priorité. 

Au delà des revalorisations sur lesquelles nous nous étions engagés, des mesures de simplification et d'harmonisation s'imposent. Il en est ainsi de la proposition de revenu minimum pour les personnes de plus de 18 ans en situation de précarité proposée par Christophe Sirugue dans son rapport remis lundi.

Le rapport propose la mise en place d'une « couverture socle commune » de 400 euros par mois qui remplacerait les minima sociaux dont bénéficient actuellement quatre millions d'allocataires.

Ses propositions visent à simplifier les minima sociaux, les rendre plus équitables et à renforcer l'efficacité des politiques d'insertion. Parmi « trois scénarios » possibles, le rapporteur privilégie donc celui d'« une refonte en profondeur de l'architecture globale du système des minima sociaux », avec la création d'une « couverture socle commune », qui permettrait de traiter « tout usager (...) selon les mêmes règles quand ses ressources viennent à manquer, tout en bénéficiant d'un dispositif complémentaire qui corresponde aussi à ses propres spécificités ».

Le Premier ministre a indiqué que l'ensemble des propositions formulées dans le rapport visant à simplifier et harmoniser les prestations devaient être mises en oeuvre très rapidement.

Fruit d'un travail entamé en décembre par en concertation avec les associations, collectivités, administrations d'Etat et opérateurs, le rapport place au c½ur de sa réflexion « la question de l'accès des jeunes aux minima sociaux et notamment celle de l'accès des 18-25 ans au RSA ». A mon sens, priver la très grande majorité des jeunes de l'accès à notre dispositif universel de lutte contre la pauvreté ne me paraît en effet plus acceptable. Cette condition d'âge apparaît bien singulière au regard de la situation de nos voisins européens et, surtout, elle empêche de lutter efficacement contre la pauvreté des plus jeunes, dont la hausse depuis 2008 est malheureusement frappante.

Cette sorte de revenu minimum d'existence de 400 euros par mois serait « complété par un complément d'insertion » permettant à tout actif de plus de 18 ans de bénéficier d'un accompagnement ad hoc ainsi qu'un 'complément de soutien' pour préserver les ressources des personnes en situation de handicap ainsi que des personnes âgées», explique le rapport. Dans ce scénario ambitieux, qui mettra du temps à se réaliser, la couverture socle commune remplacerait les dix minima dont bénéficient actuellement quatre millions d'allocataires: le revenu de solidarité active (RSA), l'allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), l'allocation adultes handicapés (AAH), l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), l'allocation de solidarité spécifique (ASS), l'allocation veuvage (AV),À le revenu de solidarité outre-mer (RSO), la prime transitoire de solidarité (PTS), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), l'allocation temporaire d'attente (ATA) et l'allocation pour demandeur d'asile (ADA).

Acceptons à gauche de dire qu'empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n'est pas de l'assistanat mais de l'investissement.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

25/04/2016 11:34:52    

Christiane Brochier    

C'est l' évidence même que ce n'est pas de l'assistanat !. Ras- le-bol de ce terme !
Toutes les mesures prises pour l'emploi ne font qu'obéir à la Déclaration de la Constitution du 24 juin 1793 :
"Les secours publics sont une dette sacrée. La Société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en lui procurant du travail soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler" Une dette bien plus sacrée que celle du déficit ! 
Une dette sacrée qui ne dispense pas le gouvernement d'en vérifier et d' en améliorer l'efficacité, car la fin ne justifie pas les moyens mais les moyens sans la fin ce n'est pas mieux et c'est même pire! A diffuser à ta convenance et A rappeler à Wauquiez ...

Haut de page | Mentions légales | Plan du site