• La violence envers les enfants, quelle qu'en soit la forme, n'est jamais éducative.
  • Mise à jour 24/12/2016 13:21:57

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

La violence envers les enfants, quelle qu'en soit la forme, n'est jamais éducative.

La violence envers les enfants, quelle qu'en soit la forme, n'est jamais éducative.

La Charte européenne des droits sociaux précise que les Etats doivent «protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l'exploitation». Pourtant jusque là en France, rien n'interdisait clairement les châtiments corporels contre les enfants. Il y a dans notre pays, et pas seulement, encore des gens pour penser qu'une bonne éducation implique une bonne fessée. Cela alors même qu'une cinquantaine d'Etats, dont 21 de l'Union Européenne, ont interdit les violences éducatives, avec des impacts directs sur la délinquance, les suicides, la consommation d'alcool et de drogue, ou encore les violences faites aux femmes. 

Depuis au moins 15 ans toutes les recherches scientifiques ont démontré que chaque violence subie par un enfant a des conséquences néfastes sur son développement, sur sa santé physique et psychologique  (faible estime de soi, additions, troubles alimentaires, dépression, violences comportementales...). Souvent ces violences intériorisées auront des conséquences sur la société elle même dont nous sommes toujours un élément acteur.

Enfin, depuis jeudi, dans le cadre de la loi "Égalité et Citoyenneté" nous avons interdit "tout traitement cruel, dégradant, ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles" sur les enfants.

Bien sûr, la loi ne traite pas que de cela et porte 65 mesures pour la jeunesse, la mixité sociale ou encore contre les discriminations. Toutefois l'article 68 qui vise à réduire les violences faites aux plus jeunes est passé inaperçu.

Cette disposition anti-fessées saluée par des associations comme la Fondation pour l'enfance ou l'Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO).

«Les enfants disposent désormais du même droit au respect de leur intégrité physique et psychologique que les adultes», se réjouit l'association. Sont désormais interdites toutes les formes de violence éducative ordinaire, aussi bien verbales et psychologiques (crier, injurier, se moquer, humilier, mentir, menacer, culpabiliser, rejeter, chantage affectif...) que physiques (gifler, fesser, pincer, tirer les oreilles ou les cheveux, donner des coups de pied, secouer, saisir brutalement, bousculer, pousser...).

Bien sûr, le mesure est symbolique car il n'y aura ni sanction, ni police dans les foyers, mais le texte vise à favoriser la nécessaire prise de conscience qu'aucune "violence ordinaire" ne l'est justement et qu'il faut changer l'attitude des parents envers les enfants.

Et que les nostalgiques du "c'était mieux avant" ne viennent pas m'expliquer qu'une bonne fessée était un geste d'amour et que de toute façon ils ne comprennent que cela. 

Un jour, par réflexe, après qu'elle m'ait mordu, une gifle est partie, s'écrasant sur le visage de ma fille. Elle ne s'en souvient plus, tant mieux, elle le sait toutefois car je le lui ai raconté pour m'en excuser. 

Elle, elle ne se souvient plus de cette violence là. Moi si, de ce moment là, comme d'autres, devenus souvenirs d'enfance toujours au goût acide, comme de ce jour où, un peu adulte, encore ado, j'ai quitté la maison familiale. 

C'est sûrement aussi à cause de cette main qui fut coupable, qu'avec cette main qui a été complice, un jour, mais surtout avec un esprit libre, que j'ai voté ce texte "Égalité et Citoyenneté".

Je peux en être heureux pour toutes les autres mesures qu'il contient, mais j'en suis fier pour celle ci tout particulièrement. On n'est pas d'un pays, on est de son enfance.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site