Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

7/09/09 Cadarache - inauguration bureau commun des agences ITER

7/09/09 Cadarache - inauguration du bureau commun des agences ITER

Mise en commun pour plus d'attractivité économique

C'est au Château de Cadarache que s'est déroulée l'inauguration du BCA (Bureau Commun des Agences) en présence du Secrétaire Général des Affaires Régionales, du Vice-président du Conseil Régional, Christophe Castaner, du directeur du CEA, Serge Durand, du directeur adjoint d'Iter International, Norbert Holtkamp, du représentant de la MDER, du vice président du Conseil Général 04, Roland Aubert et d'Hervé Graulier, responsable du BCA.

Le Bureau Commun des Agences (BCA) représente l’une des 1ères concrétisations du Réseau Régional d’Attractivité Iter-Energies Renouvelables installés par le SGAR et le vice-président de la Région, Christophe Castaner le 18 mai dernier. « La volonté de l’Etat et de la Région de développer ce réseau s’est construite à partir de l’existence du groupe de travail « attractivité » qui depuis 3 ans réunissait les agences de développement économique de la Région avec l’appui de la MDER – mission de développement économique régional -, autour de l’accueil d’ITER… ; ce réseau étant lui-même issu de la démarche Iter et les Territoires engagée par l’Etat et la Région en janvier 2007 » précisait en préambule, le vice-président du Conseil Régional PACA Christophe Castaner, lors de l’inauguration du Bureau Commun des Agences de Développement Economique Iter et Energies Renouvelables.

Cofinancé par le Conseil Régional (à hauteur de 50 %) et par les 8 agences de développement économique, le nouveau BCA a pour but de rassembler – sur le site même, en l’occurrence le CEA de Cadarache – les agences Iter et Energies renouvelables afin de favoriser le traitement d’un nombre de projets d’implantation, principalement celle des entreprises étrangères, et de répondre à un réel besoin de coordination des actions des agences et à la nécessité de les articuler à un niveau régional avec celles de la Mission Iter, du CEA, des centres R&D, du pôle Capenergies, du CEA et du Welcome Offise mis en place par l’Agence Iter – France.

 

Une strate de plus à l’organisation ? « Non, répond Christophe Castaner, il ne s’agit pas de la création d’une nouvelle instance mais bien de la mise en œuvre d’une coopération des acteurs déjà présents sur le territoire régional dans une perspective d’efficience collective » puisque, poursuit-il, « la force de ce réseau réside dans ses capacités à favoriser les échanges et à mutualiser les moyens dans ses initiatives en termes de proposition et d’actions et, surtout dans la mise en œuvre d’opérations pour concourir au projet ensemble ».  

 

 

De la Vallée des Energies au GIP

Cette inauguration a été aussi l’occasion pour le vice-président de la Région de rappeler ce qu’il intitule « les deux chantiers prioritaires » de l’aménagement du Val de Durance : le lancement de la consultation d’urbanisme, de paysage et de développement durable à la grande échelle du Val de Durance et la construction opérationnelle du concept de Vallée des Energies nouvelles et/ou renouvelables (c’est au choix). Une approche globale nécessaire eu égard à la réalisation des premiers travaux (sur l’ensemble, 350 M€ de travaux ou projets de travaux ont été attribués aux entreprises françaises – dont 100 M€ en 2009) qui permet « à court terme d’apporter une réponse rapide aux besoins liés à l’accueil d’entreprises et de salariés en lien avec Iter et à moyen et long termes de développer une action de promotion et de prospection autour d’Iter et de la Vallée des Energies Nouvelles ».

 
L’occasion encore, d’évoquer l’éventuelle création d’un GIP (Groupement d’intérêt public) en lieu et place d’une OIN (opération d’intérêt national) sur le territoire d’ITER. « Nous ne sommes pas à cheval sur l’acronyme, mais la décision de passer d’une OIN à un GIP, puis directement à la création d’un GIP sans avoir honoré ces préalables représente pour les élus un déni de la concertation annoncée initialement autour de la restitution de ce rapport et contredit l’esprit de la démarche partenariale initiée par l’Etat et la Région et les territoires » s’est insurgé Christophe Castaner. « Nous revendiquons, bien évidemment, la mise en place d’un outil de gouvernance associant tous les partenaires, qui sont ici et bien au-delà, mais cela se construit ensemble » et d’ajouter « faire un GIP c’est bien mais : combien ça coûte ? Qui fait quoi ? Pour quoi faire ? »

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site