Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Les marchés financiers

Les marchés financiers en basse mais il ne faut pas sur-réagir !

L'ensemble des marchés financiers ont connu de nouvelles baisses en ce début de semaine,liées à différents facteurs, dont les craintes sur la croissance chinoise, et d'un ralentissement de l'économie américaine.

Il ne faut pas sur-réagir à ces mouvements financiers :

  • L'économie mondiale est aujourd'hui plus solide qu'hier. Depuis la crise des subprimes en 2008, des pare-feu ont été installés, notamment en Europe avec l'Union bancaire.
  • L'économie française s'améliore et devrait accélérer au 1er trimestre 2016 pour atteindre 0,4% du PIB, selon une estimation de la Banque de France annoncée lundi. Les taux d'intérêts de la France, comme ceux de l'Allemagne, ont peu évolué ; le prix du pétrole est bas - ce qui soutient la reconstitution des marges des entreprises et le pouvoir d'achat des ménages-.
  • Les ministres de l'Economie et des Finances français et allemands réunis ce mardi pour le Conseil économique et financier franco-allemand s'attendent, malgré les défis (ralentissement pays émergents, volatilité marchés financiers, risques géopolitiques), à une reprise progressive de la croissance dans la zone euro grâce, notamment, au faible niveau des prix du pétrole et à l'assouplissement des conditions financières.

Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

20/02/2016 12:33:05    

Christiane Brochier    

Parler toujours de l'arlésienne croissance est totalement contreproductif aux yeux des citoyens. Vrai ou faux cela relève pour eux de la boule de cristal de madame Irma ou de madame Soleil ! Il faudrait trouver un autre terme celui-ci étant contreproductif et faisant apparaître les élus, notamment le Président, comme des fétus de paille... Vouloir à tout prix rassurer les citoyens est un affront qu'on leur fait, affront qui entraîne le discrédit de la parole politique, affront qui les inquiète encore plus . Entre Cassandre et Bisounours il faut choisir le discours de bon sens. Et enfin les marchés financiers seuls réagissent ceux qui ont des actions et des finances, c'est à dire une infime partie de la population... Pour tous les autres cela leur passe au dessus de la tête et pire encore ils rejettent d'un bloc et ne font plus du tout confiance à tout ce qui est dit autour de la Banque européenne de la crise, etc. surtout par les élus toujours en place ou par ceux qui veulent en reconquérir. Notre gouvernement est condamné à un discours humaniste de vérité et de sincérité, dénué de tout calcul électoral ! Chiche ...

Haut de page | Mentions légales | Plan du site