Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Pour un chômage volontaire - par Alain R

Pour un chômage volontaire - par Alain R

Le cauchemar de tous les gouvernements, quoi qu'ils disent ou qu'ils fassent, reste le chômage. Depuis bientôt quarante ans, on nous fait croire que tout a été essayé pour vaincre le fléau.

À d'autres. Le plus élémentaire bon sens indique qu'il s'agit d'un problème des plus simples à régler, à condition, bien sûr, de le prendre dans le bon sens.

Suivant les calculs, on estime qu’il existe, en France, de 3 à 5 millions de citoyens sans emploi, et pour qui travailler serait un rêve. Mais il existe au moins autant de nos compatriotes dont le rêve serait précisément de ne rien faire.
Le problème, on le voit, n’est en rien structurel, ou systémique, comme on l’affirme avec les mots chic d’aujourd’hui, mais la conséquence d’une inorganisation que réglerait un simple jeu de chaises musicales, voici comment.

Considérant les salaires qu’offrent en général les employeurs, on comprend vite que ce n’est pas la rémunération qui fait saliver le chômeur, mais le désir d’un statut social honoré, qui s’oppose à la honte sottement attachée à l’inactivité. Plutôt que de laisser le chômeur devenir un laissé-pour- compte du progrès, il suffit de créer les conditions qui rendront l’inemployé plus qu’honorable : glorieux.

Je suggère donc que les places de chômeurs soient désormais mises au concours et que l’examen destiné à les pourvoir soit assez difficile pour épater les foules. Il s’agirait d’une sorte de profession de foi, une lettre de non motivation par laquelle le candidat exposerait les qualités qui, selon lui, le prédisposent à embrasser le statut de « fait-néant » professionnel. Et comme l’oisiveté est la mère de tous les vices, l’impétrant inactif devrait indiquer une occupation peu nécessaire et non concurrentielle qui occuperait son temps libre rémunéré.

Je reçois précisément la belle communication d’un groupe de chercheurs qui viennent de procéder à « l’analyse culinaire de la Cène de Léonard de Vinci », démontrant après une observation minutieuse que ce n’est sans doute pas du hareng que dégustent Jésus Christ et les apôtres, mais plus probablement de l’anguille.
On me signale que trois places de chômeur hors catégorie seront prochainement mises au concours, réservées aux bac + 12.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

14/05/2010 00:09

jacques    
oui je me rapelle... ce jour ou par" choix" mon épouse et moi avons ralier ce monde alors inconnu "le chomage"toutes nos certitudes ce sont alors écroulé, notre superbe évanouie ,une honte nous a envahie nous avons justifiés ce que nous avions crue la liberté il a bien fallut feindre !!

non a cette alternative castatrice qui laisse les travailleurs sur une fin de vie sociale au nom de de la rentabilité de l'entreprise et d'un certain modernisme qui ne profite qu'a un néo capitalisme soucieux uniquement de ses intérets.  

Haut de page | Mentions légales | Plan du site