Presse, médias

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Communiqué de presse - je dirai non aux néonicotinoïdes !

Communiqué de presse - Je dirai non aux néonicotinoïdes !

L'examen au Sénat du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a relancé le débat sur la nocivité des néonicotinoïdes.

Lors de son examen, j'avais cosigné et déposé un amendement en interdisant à terme son usage et je m'étais réjouis de son adoption par l'Assemblée nationale. Cette décision devait à l'avenir protéger les abeilles et les services qu'elles nous rendent.

J'ai rencontré, le 10 mars dernier, le syndicat apicole des Alpes-de-Haute-Progence, présidé par Jean-Luc Payan, également apiculteur à Reillanne, au sujet des néonicotinoïdes afin d'échanger sur le sujet et lui apporter mon entier soutien.

Je suis de ceux qui pensent qu'on ne joue pas avec notre environnement et j'applique cette règle dans ma commune. J'avais, il y a plus de 10 ans maintenant, interdit le gaucho et le régent à Forcalquier, Forcalquier fut alors la première commune de France à les interdire. Forcalquier est aussi une ville qui n'utilise pas de produits phytosanitaires.

Je m'engagerai, dès le retour du texte, à réintroduire cette interdiction -avec l'échéance négociée entre l'Assemblée et le Ministère de l'agriculture-. Et, je tiens à saluer l'action conjointe de nos ministres de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat et de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, Ségolène Royal et Stéphane Le Foll qui a permis d'aboutir.

La dangerosité des néonicotinoïdes est établie. 300 000 ruches sont détruites chaque année par l'effet de ces destructions chimiques. Prendre nos responsabilités en interdisant l'utilisation de ces molécules, tout en permettant à la profession agricole de s'adapter, c'est refuser une agriculture enfermée dans le toujours plus de chimie, de pesticide, d'engrais, de manipulations génétiques, de brevetage du vivant, de rendement, de gigantisme...le modèle de notre agriculture dans les Alpes-de-Haute-Provence s'oppose à cela !

La bataille a été rude, les pressions des lobbies agro-industriels importantes. Nous devons donc poursuivre notre mobilisation car il en va de l'avenir des abeilles et donc à terme de notre environnement et notre agriculture. Il en va aussi de la santé de nos agriculteurs et je me refuserai toujours d'opposer l'un et l'autre.

Christophe Castaner
25 mai 2016


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site